la voie du jaguar

informations et correspondance pour l’autonomie individuelle et collective


Accueil > essais et documents > appels et déclarations > Attaque paramilitaire contre l’ejido Tila au Chiapas Communiqué du Congrès (...)

Attaque paramilitaire contre l’ejido Tila au Chiapas
Communiqué du Congrès national indigène

samedi 26 septembre 2020, par CNI

Au peuple du Mexique
Aux peuples du monde,
À la Sexta nationale et internationale,
Aux médias,

C’est avec douleur et rage que nous dénonçons la lâche attaque au cours de laquelle a été assassiné le compañero Pedro Alejandro Jiménez Pérez de l’ejido Tila, au Chiapas, le 11 septembre dernier, lorsque la population de Tila a été attaquée à l’arme lourde par le groupe paramilitaire « Paz y Justicia », associé à des personnes liées à la mairie. Suivant l’accord de l’assemblée générale, la population allait libérer les blocages que ces groupes avaient installés sur les accès à la municipalité dans le but d’encercler notre village, là où les paramilitaires avaient détruit un portail de sécurité, le 25 août dernier [1].

En plus du compañero Pedro Alejandro, assassiné durant cette attaque, ont également été blessés par balles Medardo Pérez Jiménez, Ángel Vázquez Ramírez et Jaime Lugo Pérez.

Nous dénonçons le fait que le chef paramilitaire Arturo Sánchez Sánchez, son fils Francisco Arturo Sánchez Martínez ainsi que le président municipal Limber Gregorio Gutiérrez Gómez se sont consacrés à renforcer et à promouvoir l’action de groupes armés pour mettre fin à l’autonomie de l’ejido Tila. Ils veulent le dépouiller au profit d’un prétendu « fonds légal », afin d’y installer leur centre de corruption et de pourriture et d’ouvrir la porte au contrôle narco-paramilitaire [2].

Par le biais de la dépossession territoriale et avec le soutien des trois niveaux du mauvais gouvernement, ils voudraient mettre fin à l’autonomie qui a tant coûté au peuple chol de Tila, lequel est et sera pleinement reconnu par le Congrès national indigène et le Conseil indigène de gouvernement.

Ces attaques sont à resituer dans le contexte d’une activité accrue des groupes armés et d’une prolifération des paramilitaires autour des communautés composant le Congrès national indigène au Chiapas et autour des bases de soutien de l’Armée zapatiste de libération nationale, et visent à encercler, terroriser, déplacer et démanteler les peuples organisés.

Le parti Morena-Verde-PRI, qui n’en forme en réalité qu’un seul, s’est consacré à soutenir la violence, à semer la division, à armer les ennemis du peuple et à annoncer, par ses lâches attaques, l’intensification de la guerre ; elle vise à mettre fin à la vie collective des peuples et à en finir avec la digne résistance qui protège notre Terre Mère. Et, en tant que Congrès national indigène - Conseil indigène de gouvernement, nous agirons en conséquence et en solidarité avec l’ejido Tila.

Nous dénonçons la complicité cynique du gouvernement de l’État et du gouvernement fédéral, qui sont responsables de la violence croissante, et nous appelons le peuple du Mexique et les peuple du monde à se faire entendre pour arrêter la tragédie qui s’annonce.

Bien à vous
Septembre 2020
Pour la reconstitution intégrale de nos peuples
Jamais plus un Mexique sans nous
Congrès national indigène - Conseil indigène de gouvernement

Traduction collective et notes : CSPCL
Source : Congreso Nacional Indígena
13 septembre 2020.
Site de la Otra Tila

Notes

[1Après avoir détruit la présidence municipale de Tila le 25 décembre 2015 et chassé les partis politiques électoraux de leur territoire, les membres de l’ejido Tila, propriétaires légitimes des 5 000 hectares de terres du village et des champs environnants, ont dû faire face à de nombreuses menaces de répression armée. C’est suite à celles-ci et à la situation particulière due à l’épidémie de Covid que des portails de sécurité avaient récemment été mis en place par la population aux différentes entrées du bourg.

[2Bien que le territoire de l’ejido chol de Tila, composé de plus de 5 000 hectares, soit reconnu par le gouvernement fédéral mexicain depuis 1934, la municipalité locale (métisse), auparavant située dans le bourg voisin de Petalcingo, a cherché depuis les années 1960 à faire reconnaître sa souveraineté juridique sur le cadastre du bourg de Tila et de ses alentours, s’arrogeant illégalement le droit d’émettre des titres de propriété privée et y faisant payer des impôts de propriété foncière, alors que ces terres entrent normalement sous la souveraineté juridique et agraire de l’ejido.
Ce conflit entre administration métisse et indigène a également de fortes répercussions économiques, car Tila est un haut-lieu de pèlerinage dans toute la région, du fait de la présence d’un « Christ noir » et de la croyance en différents miracles locaux. La multiplication des commerces, hôtels, débits de boisson et autres négoces tenus par les caciques à la tête du pouvoir municipal a entraîné des tensions chaque fois plus fortes durant les trente dernières années, aboutissant à l’expulsion et à la destruction du palais municipal par la population en 2015, ainsi qu’à la mise en place d’un gouvernement local fondé sur les us et coutumes indigènes. La reste du territoire municipal, bien plus vaste que l’ejido, est plus ou moins gouverné depuis par le bourg de Nuevo Limar situé dans les terres basses, où règnent les éleveurs et qui fut longtemps un fief du groupe paramilitaire « Paz y Justicia ».

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SPIP | Ouvaton.coop | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0